2.1 C
Paris
lundi, 5 décembre 2022

La retraite complémentaire : comment ça marche ?

AccueilPréparer sa retraiteLa retraite complémentaire : comment ça marche ?

La retraite complémentaire est une retraite supplémentaire versée par l’employeur, en plus de la retraite de base. Elle vient s’ajouter à la retraite de base et permet d’obtenir un revenu complémentaire. Cette retraite complémentaire peut être versée sous forme de capital ou sous forme de rente viagère.

Il existe différents types de retraites complémentaires : Agirc-Arrco, Ircantec, MSA, RSI… Nous allons voir comment fonctionne ces différents dispositifs.

La retraite complémentaire en France

En France, la retraite complémentaire est obligatoire pour les salariés et les non-salariés. Pour un salarié, cette caisse s’appelle l’Agirc pour les cadres et l’Arrco pour tous. Chaque année, un salarié verse des cotisations à son organisme de retraite complémentaire. Cet argent sera reversé une fois qu’il aura atteint l’âge de la retraite.

Les différents types de retraite complémentaire

La retraite complémentaire est une solution qui permet de se constituer un revenu supplémentaire.

Il existe trois types de retraite complémentaire :

  • La retraite par capitalisation
  • La retraite par répartition
  • La retraite mixte

Comment fonctionne la retraite complémentaire ?

La retraite complémentaire est une solution qui permet de compléter les pensions versées par la Sécurité Sociale.

Il s’agit donc d’un dispositif dans le but de se constituer un capital pour la retraite. Pour pouvoir bénéficier de cette forme de retraite, il est nécessaire d’adhérer à une caisse de retraite complémentaire et de verser des cotisations chaque année.

L’adhésion à une caisse de retraite complémentaire peut être individuelle ou collective et dépend du statut professionnel du salarié (secteur privé ou secteur public). En règle générale, les personnes qui travaillent dans le secteur privé doivent adhérer au régime ARRCO (Association pour le Régime de Retraites Complémentaires) et celles qui travaillent dans le secteur public doivent adhérer au régime AGIRC (Association Générale des Institutions de Retraite des Cadres).

Les cotisations sont prises en charge en partie ou totalement par l’employeur si l’assurée bénificie du régime collectif obligatoire mis en place par son entreprise.

Le montant des cotisations dépend du salaire perçu et elles peuvent être mensuelles, trimestrielles ou annuelles. Dès que vous avez atteint l’âge requis pour prendre votre retraite, vous avez droit à une pension calculée selon un certain taux sur la base des versements effectués durant toute votre carrière professionnelle.

Vous pouvez également choisir entre percevoir immédiatement votre pension ou différée à raison d’un douzième tous les mois après 65 ans.

retraite complémentaire calcul

Les avantages de la retraite complémentaire

La retraite complémentaire est une solution qui permet d’obtenir un revenu complémentaire, par exemple pour la retraite.

Le principe de la retraite complémentaire est simple : il s’agit de se constituer une épargne afin de percevoir un revenu supplémentaire lorsque l’on en a besoin.

La retraite peut être anticipée ou retardée, et son montant varie selon les situations personnelles.

Il existe différents types de contrats pour la retraite complémentaire : le PERP ou Plan d’Epargne Retraite Populaire, le Madelin ou Maintien Accidents du Travail-Maladie Professionnelle, le contrat article 83 et le PERCO (Plan d’Epargne Retraite Collectif).

Les avantages de la retraite complémentaire ? La retraite complémentaire est une solution qui permet d’obtenir un revenu complémentaire, par exemple pour la retraite.

Les inconvénients de la retraite complémentaire

Les avantages et les inconvénients de la retraite complémentaire sont souvent mis en parallèle.

Les deux systèmes ont pour objectif d’augmenter le pouvoir d’achat des futurs retraités.

Il est donc étonnant que les deux systèmes comportent autant d’inconvénients.

Le principal inconvénient du système par capitalisation est qu’il ne permet pas de se constituer un patrimoine. En effet, lorsque vous cotisez à un régime de retraite par capitalisation, vos droits seront acquis une fois que vous aurez cotisé toute votre vie durant. Pour ce faire, il faut que vous soyez en mesure de fournir des fonds permanents et réguliers à votre caisse de pension. Si vos revenus diminuent au cours des années qui suivent votre départ à la retraite ou si vous connaissez une période difficile, il sera alors impossible pour votre caisse de pension de verser les prestations auxquelles elle a droit puisque celles-ci sont basées sur la constitution d’un portefeuille à long terme.

L’inconvénient majeur du système par répartition est qu’il repose entièrement sur le travail des salariés actuels pour financer les pensions futures des futurs retraités. Cela implique que si l’activité professionnelle baisse ou disparaît, les pensions futures risquent fortement d’être mises en danger voire même totalement supprimées.

Quels sont les risques de la retraite complémentaire ?

La retraite complémentaire est un ensemble de moyens mis en place par la loi pour permettre aux salariés du secteur privé d’assurer le financement de leur future retraite. Elle peut être financée par les cotisations des salariés, qui versent une partie de leurs revenus au titre de la cotisation sociale générale et d’une ou plusieurs contributions supplémentaires.

Il existe plusieurs types de retraites complémentaires.

La première concerne les régimes obligatoires à l’exemple des régimes ARRCO et AGIRC, qui sont communs à tous les salariés du secteur privé. Ce type de retraite est versée en cas d’invalidité permanente ou si l’assuré ne peut plus exercer son activité professionnelle.

La seconde concerne les régimes facultatifs, dont le but est d’améliorer ses conditions de vie après la cessation d’activité professionnelle. Cette sorte de retraite consiste à mettre en place des contrats individuels avec un assureur ou une société financière afin d’avoir un complément destiné à améliorer sa pension lorsque celle-ci sera liquidée.

Les risques liés à la retraite complémentaire Le principal risque liée aux régimes facultatifs est le décès prématuré du salarié avant qu’il ne puisse toucher sa pension complète grâce aux versements effectués sur son contrat individuel (capital décès). En effet, si ce risque n’est pas pris en compte avec une assurance décès, il faudrait alors que votre entourage se charge du paiement des droits éventuellement acquis ainsi que celui des cotisations futures, ce qui représente un coût considérable pour vos proches… Pour é

Comment éviter les risques de la retraite complémentaire ?

Il est important de savoir que la retraite complémentaire n’est pas soumise à des règles fiscales précises. Cependant, il est conseillé de s’assurer de l’exactitude des informations transmises par les caisses concernant le montant des pensions qu’elles proposent. En effet, dans le cas où une personne décide d’investir en bourse pour compléter sa retraite, il peut arriver qu’elle perde une partie de son capital investi. De plus, les produits financiers sont très difficiles à comprendre et donc risqués.

Il est recommandé de se faire aider par un professionnel avant toute opération financière importante. Pour éviter les risques liés à la retraite complémentaire, il est possible d’opter pour une rente viagère ou un contrat Madelin. En optant pour cette solution, il est possible d’investir en bourse sans prendre trop de risques puisque l’on ne dispose que du capital restant sur son compte et non du capital totalement investi.

Les inconvénients de la retraite complémentaire :

  • La rente versée ne peut excéder 10 % du revenu annuel brut
  • Les plafonds sont fixés chaque année par arrêté ministériel.

La retraite complémentaire est un système de retraite qui permet aux salariés du secteur privé d’acquérir des points, ou droits à la retraite. Ces points sont cumulables avec les droits acquis dans le régime général de la Sécurité Sociale.